Fessenheim - Centrale nucléaire et risques terroristes : action de protestation transfrontalière

Alsace Nature, Haut-Rhin
C.S.F.R., Comité pour la Sauvegarde de Fessenheim et de la Plaine du Rhin
BUND, Regionalverband Südlicher Oberrhein
AGUS, Arbeitgemeinschaft Umweltschutz Markgräflerland
NWA, Nordwestschweizer Aktionskomitee gegen Atomkraftwerke


Aux médias

Petit-déjeuner d'automne en face de la centrale nucléaire de Fessenheim, le samedi 10 novembre à 11 heures.
Centrale nucléaire et risques terroristes : action de protestation transfrontalière.


Les groupes de protection de l'environnement français et allemands appellent, le 10 novembre 2007 à 11 heures, à un petit déjeuner sur le chemin du canal, côté est de la centrale nucléaire de Fessenheim.
Le pourquoi : la protection de la plus ancienne des centrales nucléaires françaises contre les menaces terroristes est totalement insuffisante. Le refus du préfet de bloquer le chemin le long du canal à l'est de la centrale nucléaire.
Les organisations transfrontalières de protection de l'environnement demandent, depuis de nombreuses années, la fermeture de la centrale nucléaire vieillissante.Tant qu'EDF exploitera la centrale nucléaire et aussi longtemps que EnBW s'y procurera de l'électricité, cela implique, de l'avis des écologistes, que la centrale nucléaire soit au moins protégée de façon plus sérieuse.
C'est pour cette raison que les groupes de protection de l'environnement avaient attiré l'attention, dès le 23/11/06, dans un courrier rendu non public, sur la source de danger que représentaient la centrale nucléaire de Fessenheim et le risque en matière de terrorisme. Lors d'une réunion de la Commission Locale de Surveillance de Fessenheim, ce courrier fut rendu public par une institution qui en avait été destinataire et devint parconséquent public.

Le contenu de notre courrier concernait et concerne encore la "brèche ouverte" que représente l'accès par le Rhin sur le côté est de la centrale nucléaire.
Sans problème, il est possible à tout moment; avec un véhicule, de s'approcher incognito des deux réacteurs et du bassin de stockage des combustibles usés. La probabilité d'être contrôlé, est très faible. Seul le Grand Canal et du béton relativement mince séparent, à cet endroit, le coeur radioactif des réacteurs et les entrepos des déchets radioactifs encore bien moins protégés) des observateurs, des photographes, des pêcheurs et des terroristes potentiels..
Un attentat, possible à tout moment, avec des armes "modernes" à tête perforante, sur la centrale nucléaire de Fessenheim aurait des effets dévastateurs. Des armes perforant les blindages et le béton appartiennent malheureusement depuis longtemps à l'arsenal utilisé dans le domaine du terrorisme et sont disponibles sur le marché noir. C'est pour cette raison, et bien d'autres, que nous plaidons pour la fermeture immédiate de la centrale nucléaire Fessenheim. Tant que cette centrale nucléaire ne sera pas fermée, elle devra être sécurisée, et ce bien mieux qu'elle ne l'est aujourd'hui.
Pour toutes ces raisons, les groupes signataires avaient demandé que soit condamné rapidement l'accès à la digue, sur le côté est du grand canal.
Le préfet a répondu et a évoqué l'interdiction de circuler sur la digue. Cependant il n’est pas prévu d’en barrer l'accès.
Exprimé de façon prudente, nous pensons qu’un simple panneau d'interdiction de circuler sur la digue n'est pas forcément la mesure adéquate pour assurer une protection efficace. L'accès non-sécurisé est toujours ouvert. De notre point de vue, cela ne laisse pas une bonne impression quant au traitement des questions de sécurité à la centrale nucléaire de Fessenheim. Si rien n'est entrepris pour la protection contre de tels dangers manifestes (pour faire passer au niveau régional la ligne pro-nucléaire dure du président Sarkozy), cela souligne alors le bien-fondé de l'appel en faveur d'une fermeture rapide de la centrale nucléaire.
En se référant à la menace du risque terroriste, le pouvoir en place, en France et en Allemagne, étend la surveillance de la population, tandis que les droits des citoyens deviennent de plus en plus restreints. Dans le domaine des installations nucléaires, là où de sérieux dangers menacent effectivement, nous sommes en présence d'un aveuglement idéologique. C'est seulement ainsi qu'on peut interpréter le manque d’initiative sérieuse et efficace, face aux risques terroristes, de Monsieur le Préfet.

Pour ces raisons, des groupes de protection de l'environnement français et allemands appellent à participer, le samedi 10 novembre 2007 à 11 heures, à un petit déjeuner de protestation (pas une manifestation), sur le côté est de la digue du grand canal, face à la centrale nucléaire de Fessenheim.
Nous vous prions d'annoncer cette date, et de rendre compte del’évènement.

Alsace Nature, Michel Breuzard
C.S.F.R., Jean Jacques Rettig
BUND, Axel Mayer
AGUS, La présidente
NWA, Thomas Passaglia


Fessenheim Info: Un site dangereux: la Centrale Nucléaire de Fessenheim (une brève récapitulation)